Montée du Ventoux de nuit

Afin de connaître les impressions d'une montée la nuit, le club n'a rien trouvé de mieux que d'exécuter, en avant première, une montée du Mont Ventoux  dans la nuit de Samedi 29 au Dimanche 30 Mai coolsmilebiggrinbiggrincry. Amistadous a réuni, pour l'occasion, 9 de ses membres et 3 invités dont 1 devrait signé au club. Tous des "empaillés" ces cyclistes, comme le dit si bien notre grand ami Raymond. En plus de ces "pédalants", nous avions deux photographes, (Jean-Jacques, de l'Acheteur cycliste, et Emmanuel, un photographe privé), et 3 motards (Gérard-trompettiste-, Frédéric-clarinettiste-, Alain(3) pour l'occasion-saxophoniste-tous les trois musiciens à l'Orchestre Musique en Venaissin d'Aubignan ). Tout ce petit monde s'est retrouvé à 2h30 du matin sur l'aire de stationnement de la cave coopérative de Bédoin, exactement dans les conditions de la réalisation de la Ventoux Night Session qui se déroulera dans la nuit du 12 au 13 Juin. eekeekeek. Une petite anecdote pour décontracter l'atmosphère : Fabrice, nouveau membre, s'est vu contrôlé par les gendarmes en ronde à 2 heures du matin. Voyant Fabrice en tenue de cycliste, les gendarmes lui ont demandé ce qu'il faisait. "J'attends des amis cyclistes pour pédaler. Nous devons monter le Ventoux." Croyez-le si vous voulez, mais celui qui écrit ces lignes sait qu'il dit vrai, les gendarmes ont attendu l'arrivée d'autres cyclistes pour comprendre le sérieux de l'entreprise. Tout comme notre ami Raymond, mais sans le dire, bien évidemment, (ça, c'est l'expression préférée de notre Président), les gendarmes ont dû penser : "mais quels fous ces cyclistes !" Bref, 3 heures s'affichaient sur l'ensemble de nos montres ! Il est temps de partir ! Les 2 photographes ont réalisé quelques photos des participants, après quoi, enfourchant nos fougueux destriers, nous avons traversé Bédoin dans la joie de ce départ hors du commun. David, Fabrice, Jean-Yves, Richard, François, Raymond, Alain 1, Alain 2, Christophe, Luc, Bernard, et Jacques se sont donc élancés sur les pentes du Ventoux. La fraîcheur et le calme régnaient en maître. Nous retrouvions les sensations de notre montée au Chalet Reynard du Lundi 26 Avril. Pour être complet, il me faut vous dire que Catherine avait accepté de conduire la "voiture balais" qui tirait la remorque toute nouvellement repeinte du club et qui transportait aussi, très important, nos affaires chaudes pour les enfiler à l'arrivée au sommet. Précédés par les motards que nous remercions très vivement pour leur présence, leur esprit, (le véritable esprit motard), et leur aimable disponibilité au service des 2 photographes qu'ils avaient comme passagers, nous quittions les lumières de "la ville" pour nous plonger enfin dans la véritable ascension. Je vous dis à bientôt pour la suite des événements...eh oui ! le monde ne s'est pas fait en un jour !!!....frownfrownfrownmadconfusedcrytonguetonguetonguesmilecoolbiggrin
Et me revoilà ! biggrin biggrin biggrin biggrin
En peloton bien serré, nous avons donc parcouru les premiers kilomètres qui ne sont, entre-nous, que les mises en bouche de cette ascension mythique. L'arrivée au virage de Saint Estève marque le début des hostilités. Dans la nuit calme et paisible, nous entendons les clics et les clacs, les "cree" et les cracs", bref, les changements de vitesse. Les dérailleurs sont sollicités pour la toute dernière fois. En effet, jusqu'au sommet, la chaîne gardera sa place sur le "tout à gauche". Mais attention ! cette remarque n'est valable que pour ceux qui vont monter à allure régulière et raisonnable. Pour les plus "costauds", pas question de monter sans souffrir, ne serait-ce qu'un peu !
Vous avez compris qu'à partir de Saint Estève, le peloton s'est étiré au fil des kilomètres. Le plus remarquable, cependant, c'est qu'aucun de nous n'est resté seul un seul moment. Nous appelons cela la solidarité ou encore le "bon samaritain". Virage après virage, tranquillement, sans se presser, nous arrivons "en vue" du Chalet Reynard. La transpiration ? les mouches ? la pollution des gaz d'échappement ? Rien de tout cela. C'est la raison pour laquelle nous avons savouré cette première partie de l'ascension. Les derniers arrivés ont eu la surprise de voir les copains tourner sur l'aire plate du Chalet, tout en les attendant. Un petit repos bien mérité, et les voilà tous repartis pour les 6 derniers kilomètres de cette ascension nocturne. Le ciel passait du bleu nuit au bleu ciel très clair. Le sommet se cachait sous son bonnet spécial "curieux". Nous savions de toute manière que chaque kilomètre était ponctué du passage d'une combe à la suivante. Donc, au lieu de nous concentrer sur le pédalage, sur l'effort à fournir, nous regardions notre compteur et nous comptions ces sacrées combes ! Et de une, et de deux. Plus que quatre, plus que trois, plus que deux ! Tiens, vous avez remarqué ? Il ne reste plus que deux kilomètres ! Et voilà la stèle de Simson ! Il ne reste plus qu'un kilomètre et des....La ligne droite qui nous conduit au col des tempêtes, virage à gauche et 800 mètres avant l'arrivée au sommet. Le dernier virage, à droite, est pris très large et c'est, vous ne le croirez pas, le sprint final. Et quel sprint ! Les premiers arrivés, déjà bien au chaud dans la voiture, sont là pour encourager et applaudir ceux qui ont peiné mais qui sont arrivés. Quelle n'est pas leur fierté d'être arrivés, entiers, sur la selle, fatigués mais heureux, je peux vous l'assurer. Parmi eux, deux faisaient l'ascension pour la première fois. Bravo à vous, messieurs, et chapeau bas.
Nous enfilons nos vêtement chauds, et les plus vaillants, ou les moins frileux, reprennent leur vélo et entament la descente. Le lever du soleil ? Pas vu, pas pris ! Monsieur s'était caché derrière les nuages ! Tant pis ! Nous nous sommes tout de même régalés et nous avons savouré une ascension magnifique.Pleins d'une joie profonde et la tête pleine de sensations inexprimables, la descente, prudente, fut un régal. De retour à la cave de Bédoin, les langues ont marché bon train. Oui ! Nous étions heureux d'avoir pu réaliser cette montée dans les conditions de la montée de la "Ventoux Night Session" du 12 au 13 Juin. Le jour des inscriptions, nous serons capables de transmettre nos impressions, de raconter ce que nous avons vécu, et, surtout, de transmettre les sensations ressenties.
Pour bien terminer cette première, Marie-Louise, femme de Jacques, a reçu l'ensemble des participants à un petit déjeuner fort sympathique. Quelques gouttes tombées du ciel n'ont en rien fait baisser la frénésie qui nous envahissait tous. les langues allaient bon train, les anecdotes se multipliaient, nous revivions cette montée hors normes. Enfin, comme toutes les bonnes choses, il a fallu nous séparer. Mais quels souvenirs ! Quelle aventure ! Oui, nous étions vraiment et pleinement heureux. Merci, un grand merci à NOTRE MONT VENTOUX !
Messieurs, c'en est fini pour cette transmission. Si vous ne connaissez pas cette sensation, venez la découvrir l'année prochaine. Le club et l'acheteur cycliste seront heureux de vous recevoir et de vous accueillir.
Bonne lecture et à bientôt sur notre site ou sur le site de la Ventoux Night Session.
Votre dévoué Piou Piou.